• Comment lire de la poésie : petit guide.

    Je ne vais pas prétendre à la pédagogie, mais je vais juste donner quelques petits conseils pour lire (et écrire) en poésie de manière à restituer ce que l'auteur veut donner. 

    Premier conseil : les E muets

    Il est naturel, dans le langage oral, d'éluder les e muets, parce que... parce que bon. Cependant, en poésie, les e muets se lisent toujours (où presque). Ainsi, le poème suivant :

    Massive lenteur, lenteur martelée
    Humaine lenteur, lenteur débattue
    Déserte lenteur, reviens sur tes feux
    Sublime lenteur, monte de l'amour

    La chouette est de retour.

    René CHAR, Le baiser

    se lit de cette manière : 

    Massive lenteur, lenteur martelée
    Humaine lenteur, lenteur débattue
    Déserte lenteur, reviens sur tes feux
    Sublime lenteur, monte de l'amour

    La chouette est de retour.

    Attention cependant, les e muets ne se prononcent pas s'ils se trouvent en fin de vers. 

    Il est toujours possible de ne pas devoir prononcer le muet, et pour ce faire l'auteur se doit idéalement de procéder à la figure de style de l'élision, proche de l'apocope qui consiste à supprimer le dernier phonème d'un mot (la suppression d'un phonème  en général est un métaplasme, c'est magnifique tous ces mots savants oh la la.). 

    Exemple dans ces vers : 

    On le prépare en calcinant
    Le potassiqu'chlorate 

     Alphonse ALLAIS,  Chronique scientifique

    Dans ce cas, ce qui devrait se lire "Le potassique chlorate" se lira comme on le dirait normalement à l'oral. 

    La place des muets peut, notamment dans l'alexandrin, faire l'objet de critiques : on l'évitera aux syllabes 6, 7 et 12 s'ils ne sont pas élidés (même si on peut retrouver ces petites libertés à partir des poètes du Parnasse).

    Deuxième conseil : la synérèse et la diérèse

    Mais, peste diable boufre, comment que je dois lire les vers avecque des mots comme "passion", "miaulement", "pion" ?

    Cette question est assez compliquée, et dans la poésie, il faut y voir au cas par cas, selon la métrique. Dans certains poèmes, l'utilisation de la diérèse (prononciation en deux syllabes) semble évidente, et pourtant...

    Sacrilège meurtrier, si l'on pend un voleur
    Pour piller un butin de bien peu de valeur

    RONSARD, Ode contre les bûcherons de  la forêt de Gastine

    Ici, si l'on fait le compte, pour tenir dans un alexandrin, "meurtrier" doit se lire non en trois, mais en deux syllabes. Assez inconfortable à dire à haute voix, n'est-ce pas ? 

    Si on veut être tout à fait correct, il faut se fier à l'étymologie des mots pour faire le choix de la diérèse ou de la synérèse (prononciation en une syllabe). Ainsi "lier" (du latin ligare) se prononce-t-il en deux syllabes, usuellement. Mais l'auteur peut quand même faire le choix de la synérèse par licence poétique.

    Troisième conseil : la métrique

    Tout poète digne de ce nom ne pose pas simplement le flot de sa pensée tel quel sur le papier (à moins qu'il ou elle ne pense en alexandrins, et dans ce cas je m'attache ses services). Pour opérer une certaine musique, un rythme doit être donné au texte, et (en poésie française du moins) ce rythme se crée par la métrique. 

    Pour un novice, il n'est pas facile de déterminer du premier coup d'oeil la métrique qui gouverne sur le poème, et ce pour plusieurs raisons :

    Le nombre de syllabes par vers peut changer ;

    La raison du plus fort est toujours la meilleure
    Nous l'allons montrer tout à l'heure

    Jean DE LA FONTAINELe Loup et l'Agneau


    Le nombre de syllabes n'est pas forcément pair ;

    De la Musique avant toute chose
    Et pour cela préfère l'Impair

    Paul VERLAINE, L'Art poétique

    Et pour finir, il faut tenir compte de la présence des muets, de la diérèse et de la synérèse, et de petites choses en plus qui ne me viennent pas à l'esprit en ce moment. 

    Bien sûr, certains poètes modernes, sous couvert de se libérer de la métrique, proposent des vers kilométriques. Chacun son truc. Je ne juge pas. 

    ...

    Mais on a la prose pour cela.

    ...

    J'ai dit que je jugeais pas. Les vers peuvent être libres, c'est-à-dire qu'ils ont une longueur libre ou indéterminée. Ils peuvent être aussi être blancs, autrement dit, ils seront rythmés mais ne rimeront pas.

    « MinuitSonnet tempétueux (Cara-Elena) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Telegramme Profil de Telegramme
    Mercredi 23 Mai 2012 à 23:58

    Passant des pre-oraux de bac de francais pour l'annee prochaine, en ce moment meme, ca m'aide enormement ! ( et ca fait tres plaisir a ma prof de francais que je lise enfin un poeme a peu pres correctement, parce que l'intonation ca fait pas tout.. )

     

    Et haha, le Link en gros sur le cote je m'y attendais pas >< Contente qu'il te plaise ^^

    2
    glouton
    Mardi 24 Juillet 2012 à 14:52

    lol les vers kilométriques!
    vient de sortir sur la diction! pas mal  fouillé
    http://www.youtube.com/watch?v=mj7E8XEbOKo



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :