• Culture du zéro

    Ces temps-ci, avec le printemps arabe, beaucoup craignent l'arrivée de fondamentalistes et la montée d'un Islam plus radical en Belgique.

    Je n'en parlerai pas ici, car je ne pourrai plus honnêtement le faire sans être plus documenté.

    Ce dont je veux parler est un paradoxe de notre culture. Nous craignons des fondamentalistes. Certes. D'aucuns la montée d'une culture sur une autre. Indéniable. Mais notre culture n'est-elle pas malade de ce que nous lui avons fait subir ? Les mesures sociales récentes ne sont-elles pas des coups de hache dans la nuque du savoir ? Nous avons tellement baigné dans l'idée de la réussite pour tous que nous désespérons de voir que non, tout le monde ne peut pas réussir ! Ce n'est pas la réussite que nous devons brader, mais l'accès à une réussite possible qu'il nous faut brader ! Une femme demandait quelle était l'utilité du latin et du grec dans une émission sur la Une (chaîne de télévision de la Radio Télévision Belge Francophone), en tenant compte du fait que "connaître l'étymologie des mots ne servait plus à rien, puisqu'avec les réformes, l'orthographe changeait". Je n'ai pas bondi, je ne suis pas violent, mais je vous jure que j'avais envie de sauter d'un coup aux studios de la RTBF et de l'abattre à coups de micro.

    Apprendre le latin et le grec pour bien savoir écrire ? Sérieusement ? Il faut que tu apprennes deux langues différentes pour maîtriser la tienne ?

    Les réformes de l'orthographe rendent l'étymologie inutile ? Vraiment ? Tu ne penses pas que l'étymologie t'informe aussi un peu sur le sens des mots ?

    Si on suit ta logique, est-ce qu'on aurait pas dû guillotiner ceux qui ont violé la langue française en la modifiant et en la rendant accessible à tes bovins de gosses ?

    Si le latin ne te fait pas payer tes factures, puisqu'il faut tout penser en termes d'utilité, à quoi te servent les cours de maths, de physique, de chimie, de gym, puisque le sens de la vie doit consister pour toi à poser ton cul sur une chaise et débiter des conneries ?

    C'est le drame de notre société. Là où un socialisme plein d'espoir dans l'avenir avait prôné l'excellence pour tous, dans un monde sans barrière, le socialisme moderne se contente de stocker tout le monde dans un hangar à cons. Les gens deviennent idiots, gavés d'informations dont ils se laissent pénétrer, qu'ils ingèrent mais ne digèrent pas. Et ça vaut pour tout le monde, même moi ! Nous aurions été dans un monde mille fois meilleur si nous avions sans cesse augmenté le niveau d'éducation de nos pays en permettant à ceux qui échouent dans le général de s'en sortir, plutôt que de rabaisser le seuil de réussite à la correcte expulsion d'une flatulence.

    Je pleure sur l'incompétence de nos Communautés (note ; en Belgique, autorités "compétentes" en matière d'éducation), sur le consensualisme fait à tout venant pour remplir des quotas de feux verts pour la vie active.

    L'éducation est un investissement ! La culture est une richesse ! Pas étonnant que dès qu'une culture un peu forte apparaisse, la réaction soit épidermique !

    L'islamisme radical est quelque chose dont il faut se défendre, mais pas l'Islam ! Nous avons peur des fondamentaliste parce que nos fondements ont disparu ! Parce que l'excellence est dénigrée par des bouseux qui ont peur de l'élitisme, parce qu'ils savent que leur diplôme à eux n'est qu'une surprise fournie avec la Magic Box.

    Je m'emporte, mais qu'on dénigre notre propre culture en craignant les autres est le pire et le plus symptomatique des agissements de notre société.

    Je me suis emporté, j'ai été plus grossier que d'habitude, mais ça fait du bien.

    « Journal de bord7 stupid things about me [5] »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :