• Délibérations

    Débattre aujourd'hui ne semble pas une mince affaire ; chacun a son opinion, monolithique, et se comporte en monolithe. Une attitude que je vois très peu cependant ; peu de gens accompagnent leurs plaidoyers de sources ce qui pourtant élèverait sûrement le débat. A-t-on donc peur à ce point de voir notre opinion et nos croyances mises à bas ?

    Il ne faut pas avoir peur de remettre en doute toute opinion, en tout cas dans le domaine de l'humain, sujet mouvant et fuyant. La pensée doit s'adapter à son objet. Les psychologues et sociologues le savent très bien, ils tentent chaque jour de remettre à jour leurs théories quant à la psyché ou aux relations humaines. On serait par exemple passé de l'époque de l'Œdipe à celle du Narcisse selon certains, mais je ne développerai pas ici ce point que je ne maîtrise pas vraiment. L'occasion pour vous de vous faire d'un psychologue un ami ! Si certains remettent en cause des paradigmes entiers, revoient des concepts, nous pouvons être capables de nous questionner, de reprendre des réflexions quant à nos valeurs, l'importance de telle ou telle chose, ou les faiblesses du raisonnement qu'on tiendra pour des raisons pratiques de manière bancale.

    Pour reprendre sur le sujet du débat, confronter les sources est quelque chose qui apporterait à chacun : celui qui les propose peut les soumettre à une critique extérieure, et celui qui se les voit soumettre peut plus aisément se mettre à la place de l'autre. Car nous sommes fort repliés sur nous-mêmes. Retrouvons le mystique et subtil délice de nous mettre à la place d'autrui. C'est intéressant. Au-delà de toute condescendance et de tout centrisme.

    Cela rendra la critique plus facile, moins blessante et plus acceptable.

    Cela prend du temps ? Prenons-le.

    « IJ »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :